team French Blood
Bienvenue a toi visiteur !

Tu souhaite faire parti de la communauté French Blood ? Alors Enregistre-toi et Rejoins-nous vite

A très Bientôt

La team French Blood te re-merci.


forum de la team French Blood
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Description Du Jeux

Aller en bas 
AuteurMessage
Chrisdesiles
Admin
Admin


Messages : 1145
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 32
Localisation : nievre

MessageSujet: Description Du Jeux   Mar 12 Juil - 18:22

À l’aube du 20ème siècle et
de l’aire industrielle, les États-Unis d’Amérique vivent encore à
l’heure des revolvers. Pourtant des hommes se battent pour que la
violence ne fasse plus partie de leur quotidien, en prônant chaque jour
des valeurs telles que l’entre-aide et l’amitié. Mais
le Far West reste une terre hostile où chaque faux pas peut conduire à
la mort, et c’est pourquoi la dextérité n’y est pas à prendre à la
légère. Tout comme l’avait fait à l’époque le « «papa » du Western
spaghetti, Sergio Leon, les concepteurs de Rockstar studios ont choisiun
terrain fertile à l’imagination pour installer l’univers de leur
nouveau « soft ». En puisant généreusement dans leur expérience GTA, ils
proposent désormais une ode au mythe du cow-boy solitaire. Plus fort
qu’un film et plus magique qu’un rêve, plongez dés à présent dans un
far-West américain aussi vrai que nature, sur les terres désertiques de Red Dead Redemption.

Je suis un gentil cowboy solitaire !

John
Marston est un ex-membre de gang. Marqué au visage par une existence
tumultueuse, il est désormais repenti, mais doit purger une peine pour
ses crimes passés, en travaillant avec le gouvernement, afin de stopper
ses anciens frères d’armes. Hélas peu convaincu à l’idée de tuer un ami,
il sera laissé pour mort après une hésitation fatale dés sa première
mission. Par miracle, une fermière des environs le découvrira avant
qu’il ne soit trop tard et pourra le sauver. Depuis John souhaite
éponger sa dette à la fois aux yeux de l’état, mais également à ceux de
cette femme à qui il doit d’être encore en vie. Et il est si difficile
de le rester dans l’ouest que de multiples occasions lui seront données
afin de prouver sa reconnaissance. Au fil de l’aventure, l’homme se
dévoilera en parlant d’un passé qu’il regrette, et d’un futur qu’il
espère. Cependant, dans un monde où il est dur de simplement survivre
lorsqu’on porte un revolver à la ceinture, il faudra apprendre à
aiguiser ses reflexes pour ne pas se retrouver régulièrement six pieds
sous terre. Fort heureusement, la loi existant malgré tout, les
comportements dangereux seront sévèrement réprimandés. Donc tirer à tout
bout de champ ne servira qu’à s’attirer de gros ennuis. Malgré tout, le
monde des gardiens de vaches saura être reconnaissant envers ceux
cherchant la rédemption, et si quelques erreurs de jugement pourront
être commises, de nombreux systèmes seront là pour les amender. Soit en
payant la prime, soit en devenant chasseurs de prime, ou bien encore en
trouvant
grâce
aux yeux du gouverneur par l’intermédiaire d’une lettre bénéfique. Mais
au-delà des risques de mal tourner, c’est tout une vie qui s’offre au
joueur au travers de
Red Dead Redemption.
Les développeurs de Rockstar ont, de toute évidence, étudié très
soigneusement les films de cowboy, car tout ce qui est connu des
légendes de l’Ouest est disponible dans le jeu. Bien sûr, les combat
contre des gangs de outlaws, ou encore les duels ; mais également la vie
tout aussi trépidante du fermier responsable de ranch, avec les
troupeaux de vaches à surveiller, les chevaux à dresser ou encore des
rodéos dans la plus pure tradition « Farwestienne ».


Ceci
étant, Rockstar ne se contente pas que de cela. Car, à chaque instant,
voire au moment où l’on s’y attend le moins, des évènements pourront
surgir de nulle part pour éprouver les réflexes de John Marston. En
nombre impressionnant de diversité, ils regrouperont tout ce qui
pourrait arriver à un honnête « tueur-à-gags », rançons, attaques
d’animaux sauvages, femmes en détresses, courses dans les canyons…
cueillettes de plantes ! La quantité d’actions sera tout simplement
phénoménale et le simple fait de chevaucher à vive allure pour se
déplacer sur la carte massive, demandera un minimum d’attention. Il
paraît impossible de s’ennuyer, tant les épreuves rythmeront chaque
minute de jeu, et la morale de John fera en sorte d’aider tout ceux qui
en auront besoin, et donc d’accroître les activités quotidiennes.




On est pote, ou pas… Ça dépend !

Dans
un monde aride où tous les visages sont tannés comme du cuir, tant par
le soleil que par les épreuves du quotidien, il est difficile de
distinguer un simple citoyen d’une victime ou encore d’un brigand.
Rockstar propose donc de vivre ce quotidien, au travers d’un mode
multi-joueurs très immersif, dans lequel il sera donné d’incarner un
homme, ou une femme, cherchant à se faire connaitre pour ses grandes
qualités de tireur. Avec le choix du personnage, sera fourni également
une monture, un âne en l’occurrence, et les armes de bases, revolver et
carabine, seules possessions disponibles avant de se jeter dans les
différentes missions visibles sur la carte. Cette dernière, reprendra en
totalité celle du mode solo, et tous les personnages non-joueurs
visibles par John Marston y déambuleront. Mais les actions n’y seront
plus tout à fait les mêmes. En effet, fini la chasse aux animaux et les
visites aux magasins ; ici, l’essentiel consistera à jouer du colt, et
le gameplay s’y adaptera! En effet, si John Marston se déplaçait de base
en marchant, c’est en courant que l’avatar du jeu multi se ruera dans
les épreuves. Les villes et les repères de brigand y seront bien plus
accessibles, et ceux à tous moments. Et dans son ensemble, ce mode
offrira, au travers d’un astucieux système d’exploration, d’aller à la
rencontre des autres joueurs pour former un gang de brigand le plus
puissant le plus volumineux possible. Bien que cela ne soit pas
obligatoire d’ailleurs, le gang représentera la meilleure des assurances
vie dans cet univers où toute rencontre pourra signifier «mort
immédiate». L’expérience s’affichera comme le nerf de la guerre, car
nécessaire pour obtenir du nouveau matériel, ainsi que de nouvelles
missions, et ne s’obtiendra qu’en vainquant d’autre adversaires,
contrôlés par l’I.A ou pas.


Et pour autant qu’on soit un as de la gâchette, il sera très tentant
de plonger dans la violence gratuite pour se faire une réputation de
caïd. C’est pourquoi, différents types d’affrontements seront proposés
afin d’offrir toutes les « bonnes » raisons de se tirer dessus. De la
simple exploration sans but précis, à l’affrontement d’autres gangs,
tout les « matchs » débuteront par des duels en face à face, si chers à
Sergio Leon. Après quoi, les objectifs varieront en allant de la
récupération de sacs d’or à la bataille totale où chacun se battra pour
ses intérêts propres, mais toujours afin d’engranger le plus
d’expérience possible. Très nombreuses, et très bien réalisées, ses
épreuves marieront à merveille l’atmosphère des Western à celle des jeux
de shoot en ligne. D’ailleurs, le mode multi intéressera autant que le
solo grâce à son accessibilité immédiate à tout moment de la partie,
ainsi qu’à l’intégration de nombreux défis permettant de débloquer des
accessoires de customisation rendant le personnage toujours plus
efficace. De plus, si l’aventure hors ligne à une durée de vie d’une
vingtaine d’heure, ces dernières s’écouleront en plus grand nombre
encore en ligne, et ceux avant même d’avoir pu laisser le joueur
profiter au mieux de tous les modes proposés.




T’as la gâchette facile l’ami !

À ce titre, Red Dead Redemption représente
une plongée directe dans les fantasmes d’amateurs de Westerns. Les
développeurs de Rockstar, ont du, sans aucun doute, éplucher la totalité
des œuvres du genre tant les sensations de vivre le plus complet de ces
film sont présentes. Par son ambiance tout d’abord, soutenue par une
image et une bande-son impeccable, jamais le Far West n’aura été aussi
bien dépeint, tout autant que par ses musiques. S’inspirant des grands
thèmes du genre, elles raviveront sans difficultés des échos de
souvenirs passés pour tous ceux qui avaient visionné des films de
l’époque de Clint Eastwood. Le jeu se présente sous la forme d’un Third
Person Shooter, et il sublime à merveille le gameplay qu’il empreinte à
la licence GTA en y ajoutant le dynamisme et la fluidité qui faisait
défaut à cette dernière. Mis à part quelques petits bugs de textures, et
des approximations au niveau des interactions avec les décors, Red Dead Redemption
peut se targuer d’offrir une expérience proche de la simulation de vie
tant les possibilités proposées sont riches et subtilement fondues à la
trame principale. De plus, et contrairement à des titres du même genre
tels que « Fable » ou « Elder Scroll IV : Oblivion », le titre de
Rockstar parvient à ne jamais laisser tomber la pression en ajoutant,
aux quêtes principales et secondaires, une multitude de petits
événements propre à la vie des cowboys. La vie de outlaw avec tout les
duels que cela comprend, celle de fermier devant s’occuper d’un ranch,
mais également la survie en pleine nature sur des terres sauvages avec
un bivouaque et un revolver comme seules protections. Les développeurs
parviennent donc à faire émerger l’importance d’un jugement prompt, et
d’une analyse dépourvue d’hésitation, sans jamais sembler à court
d’idées. Toutes ces petites touches rendent l’atmosphère du jeu
terriblement crédible au point d’en donner l’illusion d’un « film
interactif ». Et le doublage, en voix américaines, avec ses accents
caractéristiques, ne fera que confirmer cette immersion. Cependant, Red Dead Redemption ressemble parfois à un cheval sauvage qui ne souhaite pas se laisser dompter facilement.


Parfois c’est Fort-Alamo, d’autres fois c’est Little Big Horn !

Effectivement,
il faudra rentrer entièrement dans le jeu pour être capable de réagir
aux évènements qui défileront. Car, même si elles ne seront pas
annoncées par un QTE, chaque épreuve demandera un temps de réaction très
limité, dont le succès pourrait être entaché par certains facteurs un
peu
frustrants.
La prise en main, par exemple, offre certes de nombreuses
possibilités, mais les exécuter demandera pour chacune un temps
d’adaptation parfois contraignant en début de partie. Courir, sauter,
frapper, tirer ou se cacher seront autant de manières de se mouvoir que
de raisons de s’emmêler les pinceaux en période de stress. À l’instar
des montures dont la conduite se montrera aussi subtile que celle que
proposait « Shadow of the Collosus » en son temps, bien que la
difficulté de cette maîtrise aille de paire avec le plaisir de son
utilisation. C’est sûr, avoir la sensation d’une monture bien réelle et
non d’un simple véhicule, accentuera l’effet «cow-boy» développé par le
jeu. Pourtant, alors qu’il serait agréable de pouvoir débuter calmement
l’aventure pour se familiariser avec le «gameplay», le rythme sera mené
tambour battant sans que l’on sache réellement ce qu’il est possible, ou
non, de réaliser. De plus, si être timoré peut s’avérer fatal, trop de
hardiesse peut l’être également, car les informations n’étant pas aussi
simple d’accès qu’on le souhaiterait, il faudra chercher un certains
temps au début de l’aventure pour comprendre quels seront les objectifs à
atteindre. Et dans de malheureuses tentatives, il arrivera de se
tromper de cible pour tirer sur une victime au lieu de l’agresseur.
Étant donné que rien ne distingue vraiment le citoyen lambda de la
dernière crapule, c’est à son seul jugement qu’il faudra se fier, avant
que l’habitude ne prenne le pas. Tirer, capturer ou laisser filer ! Les
choix seront toujours très nombreux contrairement aux conséquences de
mauvaises actions qui seront chaque fois lourdement sanctionnées par la
prison ou la mort pure et simple. Car dans
Red Dead Redemption,
l’étique et la justice auront toujours une place très importante. Et
donc parvenir à survivre en tant que «desperado» pour autant que se soit
faisable, n’aura définitivement rien d’une sinécure.

Le tireur le plus rapide de l’Ouest !

D’un niveau technique tout bonnement impressionnant, Red Dead Redemption,
en plus de donner ses lettres de noblesse au TPS (third person
shooter), conforte Rockstar en tant que développeur de talent. Avoir sut
si bien profiter de son expérience GTA pour offrir une finition soignée
à un autre de ses titre tient du coup de génie. De plus,
s’occuper avec autant de soin de la partie solo, que du mode
multi-joueurs, permet au titre de s’offrir une durée de vie des plus
conséquentes. Mais parce que Red Dead Redemption a mis la barre
aussi haut, on pourra regretter ses petites imperfections qui se
démarqueront tant le reste du soft frôle le parfait. Jamais un univers
pseudo-réel n’a semblé si bien représenté dans sa totalité ; et à moins
d’être totalement réfractaire aux « vachers du grand ouest américain »,
il serait sacrificiel de ne pas s’intéresser à ce titre. Sans aucune
hésitation, Red Dead Redemption est la meilleure surprise de cette année 2010 à ce jour et sur consoles H.D !

Alan.
Points forts :
- le soucis du détail rend le tout saisissant de réalisme.
- la bande son et le doublage sont impeccables.
- les environnements sont riches et variés.
- jouer au cowboy, c’est trop bon.
Points faibles :
- les actions avec les décors manquent parfois de précision.
- un certain manque de lisibilité des objectifs rend la progression un peu floue.
- 20 heures de mode solo, c’est trop peu quand c’est si bon.
La Note Le Mag Jeux Vidéo : 19,5/20
Éditeur : Rockstar
Genre : Action

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://frenchblood.actifforum.com
 
Description Du Jeux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
team French Blood :: ANCIEN CALL OF DUTY :: Ancien Call Of Duty :: Call Of Duty Black Ops :: Team Partage :: Discussion Général-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit